Accueil > Nos actions > Réponses des candidats aux législatives 2017

mardi 5 juin 2007

Réponses de PESQUET Bernard - Verts - 2ème circ Yonne

PRISE EN COMPTE DES DEUX-ROUES À MOTEUR (2RM) : MOTOS ET SCOOTERS

- (FFMC89) CIRCULATION DES DEUX ROUES MOTORISES :
Le nombre de deux-roues motorisés (2RM) est en forte croissance en ville et contribue à améliorer les conditions de circulation. Quelles mesures comptez vous encourager pour favoriser la sécurité de leurs usagers ?

  • (PESQUET Bernard ) Certes l’usage des 2RM contribue à améliorer les conditions de circulation en ville, mais :
    • Plus la circulation est fluide, plus cela attire les véhicules.
    • Plus il y a de 2RM (en 2 temps) plus il y a de pollution, car le mélange donne des gaz d’échappement très polluant.
  • La sécurité des usagers des 2RM passe avant tout par un respect scrupuleux du code de la route. Il faut donc renforcer la formation des conducteurs.

- AMÉNAGEMENTS ROUTIERS :
Les 2RM évoluent dans un environnement essentiellement conçu pour l’automobile. Rendrez-vous obligatoire la prise en compte des 2RM dans la conception des routes (mobilier urbain, peintures au sol, obstacles latéraux, normes d’infrastructures) ?

  • Oui.
  • Il faut bien entendu, et cela devrait être fait depuis très longtemps, des peintures anti-dérapantes, modifier les rails d’insécurité, aménager le revêtement des giratoires pour éviter les glissades sur les régurgitations des réservoirs de fuel trop pleins.
  • Au niveau des infrastructures, il faut également prévoir des aires de stationnement spécifique en plus grand nombre et des aires sécurisées pour les parkings relais.

VOTRE POLITIQUE DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE

- PERMIS DE CONDUIRE :
Nombre d’accidents ont lieu par méconnaissance des spécificités des véhicules avec lesquels nous partageons la route (poids lourds, deux-roues à moteur, vélos).
Seriez-vous prêt à intégrer au permis de conduire un module spécifique sensibilisant tous les conducteurs aux particularités des 2RM et à leur fragilité en particulier ?

  • Oui.
  • Mais aussi pour les 2RM apprendre qu’il y a des angles morts sur un véhicule, que compte tenu de la masse les temps de réaction sont forcément plus longs.

- PRÉVENTION :
La politique de sécurité routière actuelle, axée quasi uniquement sur la répression, infantilise et aigrit les usagers de la route, et atteint ses limites.
Comptez vous revenir sur cette vision purement répressive de la sécurité routière et donner des moyens conséquents aux politiques de prévention ?

  • Oui, la répression ne sert à rien s’il n’y a pas une politique éducative. Une règle ne peut être appliquée que si elle est comprise. Il faut sortir de la "répression qui rapporte" pour passer à une "répression qui prévient".

LIBERTÉ DE CIRCULER : VOS PRIORITÉS

- DECRET SUR LES CONCENTRATIONS DE VEHICULES A MOTEUR :
Un décret oblige à déclarer deux mois les balades en moto aux préfectures. Qu’en pensez vous ?

  • Tout dépend du nombre de véhicules.
  • De plus, si les organisateurs, forment des petits groupes distants il ne doit pas y avoir de problèmes pour les autres usagers.

- DISPROPORTION FAUTES/SANCTIONS :
La lutte contre l’insécurité routière a multiplié le nombre de lois et durci les sanctions de façon parfois fortement discriminatoire. Par exemple, revendre une moto ayant subi des modifications, mêmes mineures, expose à une amende de 30 000 € et 2 ans de prison. Allez-vous poursuivre dans ce sens ?
Que proposez-vous ?

  • Les juges, dans leur grande sagesse, doivent apprécier le degré de la faute et donner une sanction proportionnelle.
  • Pour les véhicules modifiés, je ne suis pas certain qu’il y ait des problèmes pour les motos, mais les cyclomoteurs trafiqués, pouvant atteindre des vitesses disproportionnées aux capacités du véhicule et surtout de sa capacité de freinage constituent de réels dangers pour leur propriétaires.
  • De plus la durcissement de la loi, qui m’agace aussi lorsque je suis automobiliste, je le confesse, a avant tout un but dissuasif. Le but n’est pas de sanctionner.
  • Les motards jouissent quand même d’une grande impunité de par le port du casque qui ne permet pas de les identifier sur les photos des radars automatiques prenant par l’avant. N’est - ce pas là une discrimination pour les automobilistes ?