Accueil > Nos actions > Réponses des candidats aux législatives 2017

dimanche 3 juin 2007

Réponses de VOILLOT Pascale - France en Action - 1ère circ Yonne

PRISE EN COMPTE DES DEUX-ROUES À MOTEUR (2RM) : MOTOS ET SCOOTERS

- (FFMC89) CIRCULATION DES DEUX ROUES MOTORISES :
Le nombre de deux-roues motorisés (2RM) est en forte croissance en ville et contribue à améliorer les conditions de circulation. Quelles mesures comptez vous encourager pour favoriser la sécurité de leurs usagers ?

  • (VOILLOT Pascale) Je pense surtout qu’il faut réapprendre la participation citoyenne et que les mesures à adopter ne peuvent être bonnes que si les motards participent à leur élaboration.
  • D’autre part, faciliter l’utilisation des transports en commun, allège
    la circulation des voitures (qui ne transportent souvent qu’une
    personne) et diminue les risques. Ceci ne serait que du bon sens partagé.
  • Nous sommes également pour une production alimentaire de proximité qui
    réduirait considérablement la circulation, des camions de marchandises.

- AMÉNAGEMENTS ROUTIERS :
Les 2RM évoluent dans un environnement essentiellement conçu pour l’automobile. Rendrez-vous obligatoire la prise en compte des 2RM dans la conception des routes (mobilier urbain, peintures au sol, obstacles latéraux, normes d’infrastructures) ?

  • OUI dans la conception des routes il est indispensable de prévoir une zone pour les deux roues .

VOTRE POLITIQUE DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE

- PERMIS DE CONDUIRE :
Nombre d’accidents ont lieu par méconnaissance des spécificités des véhicules avec lesquels nous partageons la route (poids lourds, deux-roues à moteur, vélos).
Seriez-vous prêt à intégrer au permis de conduire un module spécifique sensibilisant tous les conducteurs aux particularités des 2RM et à leur fragilité en particulier ?

  • OUI mais encore une fois, il faut que les motards participent. La prévention et l’apprentissage du respect de
    l’autre sont des mesures peu coûteuses à la société ; Cela peut éviter bien des souffrances inutiles.

- PRÉVENTION :
La politique de sécurité routière actuelle, axée quasi uniquement sur la répression, infantilise et aigrit les usagers de la route, et atteint ses limites.
Comptez vous revenir sur cette vision purement répressive de la sécurité routière et donner des moyens conséquents aux politiques de prévention ?

  • OUI mais vous savez comme moi que cela n’est possible que si chaque individu se sent responsable de lui même et de ceux qui l’entourent.
  • On ne peut exercer une responsabilité politique éclairée que si on est soutenu par des citoyens engagés.

LIBERTÉ DE CIRCULER : VOS PRIORITÉS

- DECRET SUR LES CONCENTRATIONS DE VEHICULES A MOTEUR :
Un décret oblige à déclarer deux mois les balades en moto aux préfectures. Qu’en pensez vous ?

  • L’interprétation de cette loi donne l’impression d’un contrôle excessif et abusif des individus.
  • Ces mesures sont-elles bien utiles pour une catégorie de gens qui ne présente pas de danger pour notre société ? Est-il besoin de cultiver la paranoïa ? Je ne le pense pas.
  • Dans le cas de très grand groupe sur un même iténéraire, il me semble normal qu’il soit signalé et même annoncé sur les panneaux d’autoroute pour prévenir les conducteurs des voitures et des camions.

- DISPROPORTION FAUTES/SANCTIONS :
La lutte contre l’insécurité routière a multiplié le nombre de lois et durci les sanctions de façon parfois fortement discriminatoire. Par exemple, revendre une moto ayant subi des modifications, mêmes mineures, expose à une amende de 30 000 € et 2 ans de prison. Allez-vous poursuivre dans ce sens ?
Que proposez-vous ?

  • Nous proposons un changement total de société. Il ne peut se faire que si chacun accepte sa responsabilité de citoyen.
  • Nous sommes pour l’instant dans une politique bâtie sur la compétition, l’opposition, le mépris, la peur, la répression. Nous voulons que la France devienne, dégagée de l’obsession « croissantielle », le pays du « Bien-être durable pour tous ».
  • Il est facile de réaliser combien on pourrait gagner en qualité de vie par le seul fait de mettre de la conscience dans nos actes : aimer, conduire, consommer, écouter, réagir, regarder, travailler, vivre, voter.