Accueil > La FFMC 89 > La Vie de l’antenne

lundi 9 octobre 2006

La mairie d’Auxerre répond à la ffmc 89

l’article de l’yonne republicaine paru le 7 octobre :

Les pilotes de moto estiment être pointés du doigt, par des affiches, comme seuls responsables des nuisances sonores. Ce que conteste la ville.
L’un des aspects de la campagne de communication lancée par la ville contre le bruit provoque le courroux de la Fédération française des motards en colère de l’Yonne (FFMC 89). Il s’agit d’une affiche apposée en divers endroits de la ville, représentant une moto. L’image est assortie de deux slogans : « Moins de bruit, c’est plus de qualité de vie », et « A Auxerre, tous ensemble contre les nuisances sonores ». « Le raccourci ’’tous ensemble contre les motos’’ est vite fait », proteste Frédéric Roy, coordinateur de la FFMC 89. « D’autant que la photo a un aspect filé, ce qui suggère une vitesse excessive de la moto ».
Le directeur de la communication de la ville, Christian Sautier, réfute la volonté « de stigmatiser les motards ; il y a quelques visuels représentant la moto, mais l’essentiel des affiches apposées depuis trois semaines représente un enfant se bouchant les oreilles ».

Les scooters d’abord

Confirmation de Denis Martin, adjoint au maire chargé de la citoyenneté, de la sécurité et des transports : « cette campagne contre le bruit est lancée depuis le mois de mai par l’intermédiaire de divers supports ; dans le journal des conseils de quartiers, il n’a nullement été question des motards, mais des cyclomoteurs, tondeuses à gazon, perceuses... ». Et dans le guide de la sécurité édité par la ville, « il n’y a aucun mot sur les motos ». Si l’une figure sur des affiches, « c’est que cela fait aussi partie d’un ensemble que l’on traite, sans stigmatiser personne ». En outre, indique-t-on à la mairie, dans le cadre de la semaine de la prévention routière, « l’opération prévention deux-roues va concerner les scooters en premier lieu, en particulier la chasse aux kits ».

Aménagements dangereux ?

Par ailleurs, Frédéric Roy estime que certains aménagements réalisés par la ville « sont dangereux », en particulier pour les motards. Il déplore ainsi que des bordures en fonte aient été installées rue du 14-Juillet : « En cas de chute d’un motard là-dessus, même à 50 km/h, c’est au minimum la chaise roulante pour lui ; il faudrait des normes pour ce type d’équipement ». Denis Martin explique que « ces bordures sont sans risque pour les motards : elles sont sur le trottoir, loin de la chaussée, et séparées de celle-ci par les voitures en stationnement ». Quant aux normes, « il n’y en a effectivement pas, alors nous essayons de choisir le type de mobilier urbain le moins accidentogène ». Frédéric Roy déplore aussi « des plaques d’égout glissantes, des panneaux de signalisation reproduits au sol devant les écoles, glissants également... Nous avions sollicité Denis Martin voici deux ans, mais il ne nous a pas reçus ». Faux, rétorque ce dernier : « Nous les avons reçus et, immédiatement après, nous avons fait effacer ces marquages ; il n’y en a plus depuis ».

« Prêts à travailler ensemble »
Au sujet de l’affiche (campagne contre le bruit) que conteste la FFMC 89 (Fédération des motards en colère, lire ci-dessus), Frédéric Roy, coordinateur du mouvement dans l’Yonne, a adressé un mail à la mairie pour protester. « Si la ville nous consultait, nous a indiqué Frédéric Roy, on pourrait travailler ensemble sur ce type de campagne, car la FFMC connaît la culture des motards, sait comment les toucher ». Pour Christian Sautier, le directeur de communication de la ville : « Il n’y a aucun problème pour associer les motards à une prochaine campagne, en vue d’actions conjointes ». La FFMC 89, dans son courriel adressé à l’Yonne Républicaine, estime également certains aménagements urbains « dangereux » pour les motards, et que « la concertation (avec eux, NDLR) n’est pas le fort de la mairie ». Ce qui agace Denis Martin, adjoint au maire : « dans le mail qu’on nous a adressé, il n’est nullement question de ces aménagements, seulement de la campagne antibruit ; il serait bien que la FFMC nous contacte avant de saisir la presse sur ces questions ». Car, assure l’élu, « je suis prêt à accueillir Frédéric Roy au sein du Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance, et à recevoir à nouveau Frédéric Roy pour travailler ensemble à l’éducation de la minorité de motards qui se comportent mal, comme par ailleurs il est nécessaire d’éduquer certains automobilistes, cyclomotoristes et même piétons ».

Puis notre réponse à l’adjoint au maire, M.Martin :

Tout d’abord, quelques précisions par rapport à vos affirmations au journaliste :

- Au sujet des panneaux peints au sol : non, vous ne nous avez jamais reçu, nos échanges se sont limités à des courriers et des appels telephoniques. Et pour que vous acceptiez d’enlever les panneaux, il a fallu aller jusqu’au tribunal.

- Concernant les autres amenagement, les journalistes ont eu exactement le meme communiqué que vous. Ils ont mis l’accent sur les infrastructures. Meme si ce n’etait pas l’objet principal du communiqué, nous en parlions aussi.

Quant aux bornes anti-stationnement rue du 14 juillet, elles representent un danger en 2 roues,meme en etant placé sur le trottoir, car un motard qui chute reste rarement sur sa voie. Et il n’y a pas forcement des voitures garées le long pour faire écran.
Enfin nous serions heureux de travailler en prévention, que ce soit avec vous ou avec M. Sautier, car c’est tout de meme plus intelligent que d’avoir à agir apres coup, que ce soit par de la répression ou par la démolition d’infrastructures dangereuses