Accueil > La FFMC 89 > La Vie de l’antenne

mardi 12 juillet 2016

Prévention renforcée sur les routes, vraiment ?

Nous apprenons dans la presse locale que suite aux accidents ayant eu lieu ce week-end, la prévention et (surtout) la répression seront renforcées. Car comme d’habitude, ce sera surtout la répression, étant donné que la prévention se limite à la portion congrue de la politique de sécurité routière.

Alors que l’on peut estimer les rentrées fiscales des radars du département à environ 6 millions d’euros, le budget du Plan Départemental d’Actions de Sécurité Routière (PDASR) se limite lui à 50000 euros, soit moins de 1% de cette somme. Où passent donc les 99% restants, alors qu’on nous avait affirmé que l’argent des radars servirait à développer les actions de prévention ? En 10 ans, le budget consacré à la prévention a été divisé par 2 alors que les recettes des radars ont explosé.

Dans l’Yonne, lorsque la Fédération des Motards en Colère de l’Yonne (FFMC 89) effectue des demandes de financement à la préfecture pour des opérations de prévention (distribution de livrets lors de nos interventions en collège, action de sensibilisation des aménageurs routiers, stage de perfectionnement à la conduite), elles sont systématiquement refusées. L’Etat préfère financer ses propres opérations, destinées avant tout à assurer sa communication plutôt qu’à changer les comportements et à améliorer le réseau routier. Et ceci en contradiction avec le Document Général d’Orientation, rédigé par la préfecture elle-même, et co-signé par les associations œuvrant dans le domaine de la sécurité routière, dont la FFMC 89.

Le dernier refus en date, celui pour le simple prêt d’une piste pour organiser un stage de perfectionnement, pour des prétextes totalement fallacieux. La préfecture a en effet justifié ce refus par le fait de ne pas mettre à disposition un équipement public pouvant concurrencer les auto-écoles, alors que de tels stages ont déjà été organisés sur cette piste, ou financés via le PDASR.

Donc comme à l’accoutumée, la FFMC 89 continuera à mener ses opérations de prévention, sans le soutien de la préfecture sur lequel elle ne peut jamais compter. Sans doute la rançon à payer quand on n’est pas prêt à vendre son âme pour recevoir des subventions.

Hebergeur d'image