Accueil > La FFMC 89 > La Vie de l’antenne

lundi 22 avril 2013

Billet d’(mauvaise) humeur

Une fois n’est pas coutume, cette fois-ci ce ne sera pas une mesure imbécile de la Sécurité Routière que nous dénonçons, ni même une infrastructure dangereuse réalisée par une mairie, mais le comportement de certains d’entre-nous (si on considère qu’ils font partie de "nous"...).

Lorsqu’on retourne au boulot le lundi après un beau week-end, c’est en effet toujours agréable d’entendre les collègues nous raconter les "exploits" de quelques abrutis en 2 roues (parce qu’on ne peut pas les considérer comme des motards) : wheelings en ville et en pleine circulation, accélérations et vitesses complètement inadaptés à une circulation sur route ouverte (et souvent sans équipements de protections). Ce témoignage venant d’un ex-motard, il n’est pas suspect d’être teinté de motophobie, alors imaginons seulement ce que cela peut donner quand ce genre de conduite est constaté par quelqu’un ayant déjà quelques a priori sur les motards !

Après cela, on a bien du mal à expliquer auprès des pouvoirs publics que les motards sont des usagers responsables. Ce comportement porte un nom : sabotage. Afin d’éviter que ce genre de personnes se retrouve au guidon d’une moto, qu’elles donnent une image détestable des motards et qu’elles plombent les statistiques de la Sécurité Routière, il serait sûrement plus judicieux lors du permis de remplacer les épreuves techniques par des tests psychologiques. Nul doute qu’on détecterait que certains n’ont pas la lumière à tous les étages...


Malheureusement, l’accident survenu ce week-end lors du retour du Bol d’Or en est la cruelle illustration. Alors que nos bénévoles sont restés mobilisés tout le week-end pour accueillir les motards, leur proposer rafraichissement et collation, les inciter à la prudence, et malgré le fait que, comme lors de chaque Bol d’Or, les forces de l’ordre étaient largement présentes, certains n’ont toujours pas assimilé que ce qui se passe sur le circuit n’est pas transposable sur la route. Dans cet accident, où le motard est venu percuter la voiture qui arrivait en face, les 2 conducteurs ont perdu la vie, les constatations lors de l’accident (longeron et boite de vitesse de la voiture enfoncés, fourche de la moto arrachée et disques de freins pliés, conducteur de la moto projeté à 100 mètres du point d’impact) laissent imaginer la violence de la collision.


.


Que faut-il donc faire pour que cette minorité de "motards" prenne conscience que tout cela n’arrive pas qu’aux autres, et que ce qui est au départ un moment de plaisir vient de plonger 2 familles dans le deuil, et de coûter la vie à l’innocente conductrice de la voiture ?

Alors évidemment, même si ces comportement ne sont pas l’apanage des "motards", disons le clairement, quand on en voit se comporter ainsi et qu’on nous assimile à eux, ça nous emmerde ! Nous adressons bien évidemment toutes nos condoléances aux familles des victimes.