Accueil > Nos actions > Infrastructures

mardi 26 avril 2011

Quand les "experts en sécurté routière" contribuent aux accidents de la route...

Un motard a été blessé ce lundi lors d’une sortie organisée par une association motocycliste. Fait marquant : cette association n’en est pas à son coup d’essai...et se revendique comme association de sécurité routière !

A l’occasion de ce week-end de Pâques, un concessionnaire moto de Sens (89) organisait son opération « Portes Ouvertes », avec une foire à l’occasion, et une balade moto dont l’organisation a été confiée à des membres de l’association Sport Moto Sécurité 89. Cette association, largement soutenue par les pouvoirs publics, est composée pour l’essentiel par des personnels à priori au fait des règles élémentaires de sécurité en 2 roues. Or, une fois de plus, ces règles élémentaires ont été ignorées et ont été à l’origine d’un accident ayant causé l’hospitalisation d’un motocycliste. Des groupes bien trop importants au regard de l’encadrement, induisant un « effet accordéon » bien connu des motards circulant en groupe, une vitesse trop élevée (jusqu’à 160 km/h sur des routes où ne peuvent se croiser 2 voitures), des reproches faits aux motards qui ralentissaient le rythme imposé, la conséquence ne s’est pas faite attendre, un des participants a fait un « tout-droit » dans un champ, se blessant à l’épaule.

Plus grave, la même chose s’était déjà produite sur la même opération l’an dernier, sans que les organisateurs en tirent les leçons pour cette année. Cette association ayant à son actif 3 blessés l’an dernier (à cause d’un accident impliquant 2 motards du Conseil Général lors d’un de ses stages de perfectionnement), le challenge est-il de battre ce record en 2011 ? Sport Moto, oui, mais pour la Sécurité, il faudra repasser...

Alors que les autorités pointent du doigt les motards pour justifier les mauvaises statistiques de sécurité routière de ce début d’année, la FFMC 89 appelle ces mêmes autorités ainsi que les responsables associatifs concernés à tirer les conclusions qui s’imposent pour que ce type d’accidents ne se reproduise plus. Si la FFMC est peu appréciée des pouvoirs publics en raison de son manque de complaisance vis-à-vis de la politique répressive mise en place, il n’en reste pas moins que ses 30 ans d’expérience en matière de sécurité routière ont largement fait leur preuve, notamment par la conduite responsable qu’elle prône lors de ses différentes opérations.